Mots-clés

Archéologie (1) Arts plastiques (25) Beaux-arts (1) Biographie (10) Cinéma (2) Histoire (44) Littérature (4) Musique (2) Philosophie (2) Politique (3) Religion (2) Sciences (13) Société (11) Urbanisme (4)

N° 145

Walter Wehinger et Pierre Lavanchy

Patrice Allanfranchini

Beaux-arts

Une exposition au Château de Boudry et un cahier de la Nouvelle Revue neuchâteloise, bref une rencontre entre des œuvres peints et un texte pour partir à la découverte de deux artistes quelque peu oubliés.

Si le travail de Wehinger reste connu dans le milieu des amateurs d’œuvres neuchâteloises, surtout son œuvre graphique, en lien avec le livre magistral qu’il a écrit pour expliquer au quidam toutes les techniques de reproductions artistiques, sa peinture, toute en subtilité, est aujourd’hui un peu délaissée. Et parmi sa production parfois inégale, il y a des toiles qui méritent de l’attention : ce sont ses natures mortes. Celles-ci représentent le meilleur de sa peinture par leur simplicité et leur composition synthétique. Dans des gammes chromatiques limitées, en choisissant quelques simples objets (bouteilles, carafes, verres, violon, guitare) rehaussés d’une tache de couleur donnée par la présence de fruits, surtout des citrons eu égard à leur jaune éclatant, Wehinger a réalisé un ensemble de peintures cohérent et d’une sobriété séduisante avec un faire presque hiératique parfois comparable à la démarche d’un Morandi. Ce sont prioritairement ces œuvres-là qui seront accrochées aux cimaises du Musée.

Pierre Lavanchy

Mort à 52 ans en 1964, Pierre Lavanchy est un artiste délicat et atypique dans le landerneau des artistes neuchâtelois des années quarante, cinquante. Du reste son œuvre déconcertait les critiques qui ne savaient pas réellement le qualifier. Surréaliste, abstraite, poétique, les adjectifs ne manquent pas pour tenter de le décrire. En fait, son travail était en décalage avec l’idée de la peinture telle qu’on l’avait dans le pays.

Faire redécouvrir aujourd’hui sa production picturale est la gageure de l’exposition du Musée de la vigne et du vin et de la Nouvelle Revue neuchâteloise. Il est en effet temps de remettre en lumière l’imaginaire de l’artiste et de le suivre dans les arcanes de sa production. Huiles sur toile, papiers grattés, aquarelles invitent à entrer dans le monde particulier de Lavanchy.

Un texte et une exposition

Sans être un catalogue au sens propre, ce nouveau numéro de la Nouvelle Revue neuchâteloise sert de support explicatif à l’exposition du Musée de la vigne et du vin au Château de Boudry.